Que visiter à Marrakech?

0
33

Partout où vous regardez sur la place principale de Marrakech (prononcé jema – le «d» est silencieux), vous découvrirez le théâtre en cours. Le hoopla et le halqa (théâtre de rue) y sont ouverts depuis le XIe siècle. Il y a encore quelques décennies, il accueillait un marché alimentaire quotidien pour les commerçants de montagne.

Maintenant, le gémissement des flûtes pungi charmeurs de serpents atteint son plein régime en milieu de matinée, et le spectacle ne démarre vraiment qu’au coucher du soleil lorsque les restaurants mettent le feu à leurs grillades, incitant les musiciens à régler leurs instruments.

Les habitants se plaisent à dire aux touristes que son nom signifie «rassemblement des morts», ce qui pourrait découler du fait que des exécutions publiques ont probablement eu lieu ici dans le passé. L’Unesco a déclaré Djemaa El Fna chef-d’œuvre du patrimoine mondial en 2001 pour avoir donné vie aux légendes urbaines et à l’histoire orale tous les soirs, et bien que les conteurs qui y ont joué une fois aient depuis cédé la place aux jeux communautaires, aux interprètes musicaux et aux comédies slapstick, Djemaa’s le carnaval nocturne continue d’éblouir.

MUSIQUE ET SPECTACLE

Des musiciens amazighs entonnent la musique et des troupes gnaouas chantent tandis que des tatoueurs au henné font signe aux passants, et des marchands d’eau en chapeaux frangés clochent des tasses en laiton, dans l’espoir de pousser les gens à boire. C’est un spectacle à ne pas manquer lors de votre visite à Marrakech!

En vous promenant à Djemaa EL FNA à tout moment de la journée, restez attentif aux voitures, aux motos et aux voitures à cheval qui sillonnent le périmètre de la place (les voitures sont interdites après 14 heures). Pour attraper des sièges de choix sur des tabourets de fortune dans les cercles de musiciens (les femmes et les aînés ont la préférence), arrivez tôt le soir.

Palais de la bahia

Ce n’est peut-être pas le plus ancien palais de Marrakech, mais Bahia est certainement l’un des sites les plus spectaculaires de la ville. Construit par le grand vizir Si Moussa dans les années 1860, il a ensuite été agrandi et embelli de 1894 à 1900 par son fils et successeur Abu ‘Bou’ Ahmed. Les salons du petit riad et du grand riad abritent des plafonds en marqueterie et en zouak (bois peint) complexes, mais la Cour d’Honneur, ou Grand Cour, avec son sol de 1500 m2 en marbre italien de Carrare, est le point culminant incontesté.

Restaurée à son ancienne gloire en 2018, la Cour d’Honneur a été transformée en harem par Bou Ahmed après qu’il est devenu Grand Vizir en 1894. En effet, l’expansion et l’embellissement du Palais de la Bahia ont été motivés par le désir de Bou Ahmed d’accueillir ses quatre épouses et 24 concubines.

Bou Ahmed est décédé en 1900 et en 1908, les charmes séduisants du palais ont attiré le seigneur de guerre Pacha Glaoui, qui l’a revendiqué comme un lieu approprié pour recevoir des invités français. À leur tour, ils ont été tellement impressionnés qu’ils ont chassé leur hôte en 1912, installant le résident général du protectorat à sa place.

Malgré la vaste superficie exposée, seule une partie des huit hectares et des 150 salles du palais est ouverte au public. Ses grands espaces accueillent parfois d’importants événements culturels.