/Quand la spiritualité rencontre l’art

Quand la spiritualité rencontre l’art

John Paul Fauves est un artiste contemporain du Costa Rica. Son parcours artistique a commencé très jeune après qu’il ait été un étudiant de Joaquin Rodriguez del Paso, l’un des plus importants tuteurs d’art moderne du Costa Rica. Influencé par le mouvement fauviste, John Paul a passé 15 ans à étudier et à maîtriser sa technique, et il y a quelques années seulement, il a finalement commencé à présenter son travail.

En moins d’un an, John Paul Fauves a obtenu une reconnaissance internationale en tant qu’artiste et expose maintenant ses œuvres dans le monde entier. Seulement en 2017, Fauves a eu ses expositions personnelles avec Guy Hepner à New York, Meir Gallery en Belgique, a fait partie de la semaine Paris Design en France, a présenté des expositions collectives à Los Angeles à la galerie HOMME et à la galerie Laurent & Martin. Semaine de la mode avec JM Art Management.

Hédonisme et art moderne

Sa récente collection « A Loss of Innocence » parle de la condition humaine et de la façon dont nous exposons tous nos désirs. Il expose comment parfois cette tentation peut évoluer vers un style de vie hédoniste où la recherche du plaisir est la seule voie, peu importe les conséquences. Fauves considère son style artistique comme étant de l’expressionnisme néo-pop, un terme qui est encore nouveau à notre époque.

L’utilisation de la couleur avec beaucoup de texture et son idée dé constructive de l’art créent de l’harmonie entre le chaos. Son style d’art et d’exposition Marrakech est une manifestation de l’existant et une interprétation de l’âme à l’intérieur du corps dans cette expérience de vie par l’art, en d’autres termes, c’est l’âme qui parle à travers l’art.

L’artiste commence une nouvelle collection intitulée « Gucci in Wonderland » d’une petite série d’idées aléatoires concernant le monde subconscient de la fantaisie de la marque Gucci et Alice au pays des merveilles. Aussi, il a annoncé un nouveau projet appelé « Holly Exit » touchant le sujet de la mort et de la sanctification de la vie qui sera lancé en 2018.

« J’ai peint depuis que je me souviens, c’est vraiment comme une thérapie pour moi. C’est presque une nécessité pour équilibrer mon âme. Je crois que l’art est la façon dont notre âme communique avec le monde tout autour de nous, je me considère comme un portraitiste, depuis ma plus tendre enfance j’ai des visages. Je les considère comme le meilleur moyen de canaliser l’expression dans l’art. Nous nous identifions aux visages, il y a une histoire dans chacun d’eux que nous laissons notre imagination créer. »

Le fauvisme à la française

J’espère vraiment que mon art pourra créer quelque chose comme le fauvisme l’a fait pour son époque (le fauvisme signifie bête sauvage en français, si le mouvement a commencé). Je crois fermement que nous devons tous embrasser cette bête créative sauvage en nous, être des transgresseurs dans nos idéaux. Le plus important est que le mouvement fauviste valorise l’expression individuelle, l’expérience directe de l’artiste de sa réponse émotionnelle à la vie.

Pour moi, l’art est l’expression de l’âme. Donc, ces vieilles pièces d’art sont des images de votre âme, c’est comme si vous trouviez une image de vous-même quand vous étiez un petit gamin. Tu la regardes et tu te souviens de ce moment, tes amis, ta famille, tes pensées … Maintenant, imagine celle de ton âme.  »