/Fred Stichnoth : La photographie est un art

Fred Stichnoth : La photographie est un art

Quand vous êtes à la ville impériale de Marrakech, une fois que vous ayez visité ses célèbres monuments historiques, fait le tour de ses souks anciens à la médina et parcouru ses discothèques le soir, n’hésitez pas donc à faire un détour par sa galerie d’art David Bloch, un espace où l’art contemporain et moderne est le roi absolu !

Le paradis des amateurs

Cette exposition à Marrakech fait partie de l’élite internationale dans le domaine de l’art, grâce à des artistes résidents et d’autres guests, la galerie offre à ses visiteurs et passionnés de l’art contemporain, un espace ouvert et accueillant qui peut facilement vous mettre en évidence une belle ambiance où vous pourrez profiter des différentes œuvres d’art en compagnie de votre famille ou bien entre amis à longueur de journée !

L’un de ces artistes fabuleux est LEK ou bien de son vrai nom Fred Stichnoth, il est entré dans le monde de la photographie professionnelle en l’année 1987, lorsqu’il a été embauché comme assistant du célèbre photographe allemand Walter Schels. Dans les années 1990, Fred connaît le succès en tant que photographe portraitiste, photographiant les goûts du réalisateur Wim Wenders; Thaddeus Ropac dans son château autrichien pour Vogue; une exubérante Chrissie Hynde de The Pretenders for EMI Records; Pink Floyd à Berlin; et de nombreuses couvertures d’albums pour de nombreux artistes et groupes.

Influence des années 90

Au milieu des années 1990, Fred est tombé amoureux de la photographie de mode. Ses photos ont été utilisées dans des éditoriaux de haute couture pour des magazines et des catalogues pour une pléthore de marques. Le photographe d’origine allemande, originaire de Bali, a abandonné sa vie de célébrité et de photographe de mode à la fin des années 1990, où il était sur le point de gagner en popularité, afin de décamper aux Indes orientales – une maison qui disparaît rapidement. Légendes, cérémonie et insignes.

Le portrait de Stichnoth étudie la beauté des femmes et de la culture ethnique en utilisant une combinaison unique née de la nécessité et de l’influence inconsciente. Il utilise une technique à l’ancienne où une toile de fond est utilisée pour séparer le sujet de son environnement. Cette juxtaposition est frappante lorsque le sujet est si distinctement séparé de son environnement naturel. Il utilise également des motifs et des poses qui font écho aux productions stylisées dans les magazines de mode. L’image finale se rassemble comme une sculpture éthérée, prise sur du papier photographique.